Video

Cocaïne Piss BE

Edition Collectif

Cocaine Piss, c’est comme enfiler son spandex sur l’autoroute.Le groupe liégeois délivre un punk simple, agressif et tendre. « The Dancer » est une déclaration d’amour comme seuls les punks les plus sauvages de Liège peuvent en offrir. Cocaine Piss aiment le travail de Steve Albini ? Ils ont enregistré « the Dancer » avec lui, à Chicago. Cocaine Piss aiment les paillettes ? Ils se roulent dedans. Cocaine Piss aiment danser ? Ils ont écrit la bande originale parfaite pour une première boum punk. Si cela ne suffit pas à vous exciter, je vous suggère de presser la touche Play sur leur nouvel album. Si après cette déferlante jaune pisse de punk colérique, énergique, à la fois tendre et brutal, vous n’avez pas votre dose d’adrénaline pour la journée, vous devriez consulter, vous êtes peut-être mort. Si la plupart des 14 pistes de « The Dancer » s’enchaînent à un rythme effréné, le groupe propose néanmoins quelques titres plus calmes (The dancer, Average romance). Mais c’est juste le temps d’une rapide chute de tension, avant de repartir de plus belle dans leur frénésie hallucinée. Avec « The Dancer », Cocaine Piss nous balancent des paillettes au visage, mais pas que. Si les titres de chansons sont pour la plupart complètement allumés (Shiny pants, Black speedo, ou Cosmic bullshit), les paroles évoquent avec sensibilité et humour des questions de genre et de sexualité. Au fond, on ne peut être que fasciné par Cocaine Piss. C’est comme regarder un arc-en-ciel depuis un immeuble en feu. Ou fixer cette tâche bizarre au-dessus de votre lit qui ressemble à Jésus Christ. Impossible de ne pas se laisser aspirer. Le mot préféré du groupe est « Glittershitstorm », et c’est la meilleure manière de décrire le sentiment que l’on ressent à l’écoute de leur nouvel album.