Fastlane Candies BE

Label Edition Collectif Booking

Après un premier EP lancé pied au plancher par le single « Wound me », puis une tournée qui les a notamment conduits à Paris et Londres, les Liégeois de Fastlane Candies ont enregistré en 2013 l’album « Telenovelas ». Près d’une centaine de dates plus tard (Nuits Botanique, Les Ardentes, Brussels Summer Festival, Francofolies…), le groupe a choisi en 2015 de ranger guitares et synthés le temps de développer d’autres projets (Mini Sultan et l’écriture de 2 livres pour Alexis, l’electro lo-fi instrumentale pour Laurent), le temps aussi de découvrir de nouveaux horizons, riches en pistes fraiches à explorer. Petit à petit, des morceaux sont nés, porteurs d’un son différent, moins folk, plus synthétique et âpre, sans rien gâcher de l’ADN pop de la formation. De retour sur le devant de la scène, les Fastlane Candies viennent de boucler « Polygene », nouvel opus tout en synthés et boîtes à rythmes, qui sort chez Freaksville Records en février 2019. Pour le réaliser, les Liégeois ont choisi de disparaître des radars le temps de remettre la main sur leurs racines, ré-aménager leur tanière, y explorer de nouvelles façons d’écrire. De la pré-prod à la direction artistique en passant par les arrangements, le groupe a voulu garder le contrôle sur la totalité du processus, épaulé lors de l’enregistrement au Studio 5 («home sweet home studio» pour eux, qui ont tout enregistré là) par Maxime Wathieu (The Mash, Turquoise).

Disque multilingue aux influences croisées, Polygene oscille entre mélancolie froide et exubérance pop. Les titres plus évidents, dans la lignée des singles précédents, côtoient des morceaux plus élaborés, porteurs d’ambiances sombres et hypnotiques, aux confins de la cold wave et du psyché. Masterisé par Gilles Martin (Farside Studio, Paris), Polygene vous emmènera, dès février 2019, sur les territoires les plus variés, des plages de sable noir aux clairières ensoleillées, alternant rêveries mélancoliques et miniatures pop synthétiques.